Notre site internet fait peau neuve, encore un peu de patience !

« Les lucioles ont disparu dans l’aveuglante clarté des féroces projecteurs : projecteurs des miradors, des shows politiques, des stades de football, des plateaux de télévision ». Pourtant, ces lucioles, qui ne « métaphorisent [chez Pasolini] rien d’autre que l’humanité par excellence », n’ont pas toutes disparu. « Les lucioles, il ne tient qu’à nous de ne pas les voir disparaître. Or, nous devons, pour cela, assumer nous-mêmes la liberté du mouvement, le retrait qui ne soit pas repli, la force diagonale, la faculté de faire apparaître des parcelles d’humanités, le désir indestructible. Nous devons donc nous-mêmes – en retrait du règne et de la gloire, dans la brèche ouverte entre le passé et le futur – devenir des lucioles et reformer par là une communauté du désir, une communauté de lueurs émises, de danses malgré tout, de pensées à transmettre. Dire oui dans la nuit traversée de lueurs, et ne pas se contenter de décrire le non de la lumière qui nous aveugle. »

Extraits de Survivance des Lucioles de Georges Didi-Huberman, à partir de l’article Le vide du pouvoir de Pier Paolo Pasolini.

Mais en attendant vous pouvez toujours…

nous suivre sur Facebook

nous écrire

par courrier
La Fabrik coopérative – 23 rue du docteur Potain – 75019 PARIS

par mail
contact@lesluciolesdudoc.org

adhérer à l’association